D’où viennent les couleurs des bouteilles de verre, et comment les créer ? Nous allons voir les différents modes de coloration.

Tout d’abord, quelques définitions (voir https://sha.org/bottle/colors.htm). La majorité des verres en bouteille que nous avons l’habitude de voir sont des «verres sodocalciques». Ils sont principalement composés de silice, de soude (alias soda-ash) ou de potasse, et de chaux – ces deux derniers ingrédients souvent appelés les «alcalis» [1]. La silice (dioxyde de silice) constitue généralement 60 à 80 % de la composition du verre et est principalement dérivée du sable. Plus le sable est pur (c’est-à-dire, plus la concentration de silice est élevée et moins de fer), mieux c’est, car ce sont les autres impuretés – souhaitées ou indésirables – qui donnent au verre sa couleur. Une faible teneur en fer signifie plus de contrôle sur la couleur ultime [2].

Le verre composé de silice pure (99,9% +) serait du verre incolore. Cependant, la fabrication de verre à partir de silice pure n’est ni pratique ni commercialement viable en raison des coûts prohibitifs de son acquisition à l’état pur et des températures beaucoup plus élevées nécessaires pour bien fusionner. La soude (dioxyde de sodium) – alias «alcalin», «carbonate de soude»  – est ajoutée au sable comme «flux» pour abaisser la température de fusion de la silice. De la chaux (oxyde de calcium) est ajoutée au lot comme stabilisant, car le simple verre fait uniquement de sable et de soude (« verre d’eau ») est soluble dans l’eau, ce qui le rend peu utile lorsqu’il est transformé en bouteille [3]. Le verre brisé (alias « calcin ») en main provenant de bouteilles mal soufflées, cassées ou retournées est ajouté en proportion de 20% environ.

Dans la logique des couleurs traditionnelles, les bouteilles de vin rouge sont d’un vert foncé qui protège le spiritueux de la lumière et de l’oxydation. Les bouteilles de vin blanc, quant à elles, se parent plutôt d’un vert clair ou d’un verre transparent pour le vin blanc. La couleur sombre du verre des bouteilles de vin rouge lui apporte de la profondeur. À l’inverse, la couleur claire du verre des bouteilles de vin blanc déclenche un sentiment de légèreté et de fraîcheur. Les bouteilles en forme de flûte en verre brun sont communément associées aux vins blancs de la région du Rheingau en Allemagne.

Le vert de la bouteille permet de protéger le vin par filtrage des rayons infra-rouges qui sont des couleurs complémentaires.

Les bouteilles « fantaisies » (bleues, rouges) sont destinées à des vins à rotation rapide.

Quant aux « blanches » des liquoreux, c’est pour mettre en valeur la couleur des vins contenus.

Les couleurs des bouteilles de spiritueux varient également : plutôt colorée pour la tequila, bourbon, whiskey, plutôt transparent pour le gin, la vodka, …

Les traditions sont, bien entendu, faites pour être changées, et, ces dernières années, les vignobles n’hésitent pas à s’aventurer dans de nouvelles couleurs de verre. Pour mettre en valeur le vin, mais aussi pour donner une allure plus décontractée à leurs bouteilles, les vignobles se plaisent aujourd’hui à opter pour des palettes de couleurs plus contrastantes pour apporter un caractère plus informel à leurs bouteilles de spiritueux.

La couleur du verre a également de l’importance pour les flacons de parfum. Les parfumeurs aussi jouent sur la couleur du verre pour donner de la personnalité à leurs parfums, avec des couleurs séduisantes et attirantes comme le doré, le rose, le bleu clair et d’autres couleurs pâles.

Un blog sur ce sujet : https://www.lapassionduvin.com/forum/autour-du-vin/38205-couleur-des-bouteilles

[1] Hunter 1950; Toulouse 1969; Munsey 1970

[2] Hunter 1950; Tooley 1953

[3] (New York Herald 1910; Tooley 1953; Kendrick 1968; Jones et Sullivan 1989)